top of page

Quelles mouches sèches choisir durant sa saison de pêche ?

Dernière mise à jour : 16 oct. 2023

Présentation

Bonjour à tous et bienvenue dans mon premier article de blog. Aujourd'hui, je vais vous parler de la pêche en sèche, l'une de mes techniques favorites, et de quelles mouches choisir en fonction des conditions de pêche. Tout ce que vous lirez dans cet article est tiré de mon expérience personnelle et s'appuie sur les multiples observations et captures faites durant mes années de pêche.


Bonne lecture à toutes et à tous !


Pourquoi ce premier article sur la pêche en sèche ? Car pour moi, c'est l'essence même de la pêche à la mouche, prendre une jolie truite en sèche est la consécration ultime. Je me rappelle de cette première truite qui est venue prendre ma mouche d'Ornans tout doucement en surface, ce fut un sentiment indescriptible. Ce jours là, j'avais pris deux truites d'environ 40 cm en sèche avec ma mouche d'Ornans. J'avais 21 ans et je me rappelle même m'être dit dans ma tête : " c'est l'un des plus beaux jours de ma vie ". Oui c'est un peu extrême comme réflexion mais c'est pour vous montrer les émotions que la pêche en sèche peut nous procurer : des émotions qui resteront gravées dans notre parcours de pêcheurs.

J'ai toujours ce palpitant et cette nostalgie à chaque fois que j'attaque un poisson en sèche. Le voir monter doucement et percer la surface pour prendre notre sèche, il n'y a rien de plus beau.

Mes deux premières truites capturées en sèche le 27 juin 2019 avec une mouche d'Ornans

Mouches d'Ornans


J'aimerais tout d'abord revenir sur les phrases que l'on peut entendre ou lire sur les réseaux sociaux : " de nos jours ça ne gobe plus ", " les poissons se nourrissent plus que sous l'eau", "elles ne savent plus gober".

Je ne dis pas que ces phrases sont totalement fausses mais je pense juste que la pêche en sèche en France à évolué. Je n'ai que 25 ans mais je sais que l'activité en surface de nos jours n'a plus rien à voir avec celle d'il y a 20 ou 30 ans, à cette époque tous les pêcheurs pêchaient uniquement en sèche et non en nymphe. Cette diminution des gobages vient tout simplement pour moi d'une diminution des insectes présents dans nos milieux. Les causes sont multiples : pollutions diverses, colmatage des fonds..


Donc oui il y a moins de gobages mais.. je connais des pêcheurs qui pêchent encore de nos jours uniquement en sèche. Donc se prennent-ils des capots toute l'année ? Ont-ils que des coups de chance ? Pour en connaître certains et les avoir déjà vus un peu pêcher, je peux vous dire qu'ils prennent encore beaucoup de poissons et des jolis. Ils se sont juste adaptés, comme le vivant sait si bien le faire quand les conditions changent.

Leur stratégie maintenant est de connaître quand les conditions sont réunies (saison, conditions météorologiques, de pression et de température) pour avoir le plus de chance de voir des truites gober, et c'est ce que j'aimerais vous transmettre un peu dans cet article.


Recherchez les changements brutaux de température

La saison :

Ce que va rechercher un pêcheur en sèche ce sont les pics d'éclosions : donc dans quelles conditions il va y avoir le plus d'insectes qui vont émerger. La saison joue beaucoup car quand les températures sont extrêmes (trop froid ou trop chaud) les conditions d'éclosions ne sont pas réunies. Ainsi naturellement les journées très froides d'hiver et les journées très chaudes d'été ne vont pas être les plus propices pour nos insectes et nos poissons aussi.

Naturellement, les deux meilleures saisons pour moi sont le printemps et l'automne pour la pêche en sèche. Les températures sont clémentes et les poissons se mettent vraiment à table durant ces périodes car ils ont besoin de se nourrir : au printemps ils sortent de la fraie et en automne il faut qu'ils fassent des réserves pour frayer.

La meilleure période pour prendre des grosses truites en sèche reste quand même pour moi le printemps : en effet après les premières lueurs du soleil, l'eau se réchauffe et c'est toute la vie qui redémarre, ainsi que l'activité des poissons qui s'était un peu arrêtée. Les truites n'ont pas été sollicitées pendant de longs mois par les pêcheurs et sont donc moins méfiantes. C'est logique, si vous êtes le premier pêcheurs de l'année à attaquer cette grosse truite vous aurez plus de chance de l'attraper.


La température et la pression de l'eau

Pour qu'il y ai des éclosions et donc des truites actives en surface, il faut regarder les écarts de température. En effet, au mois de Mars, les premières belles journées ensoleillées entrainent une augmentation de la température, et cette augmentation va entrainer un réchauffement de l'eau, entrainant elle même une augmentation de pression. Ce sont ces augmentations ou diminutions de pressions qui entrainent des éclosions spontanées. La larve qui est au fond de l'eau attend ces signaux pour devenir nymphe et remonter jusqu'à la surface afin ensuite de devenir une mouche prête à pondre des œufs et assurer sa descendance.


Ainsi ma stratégie est d'aller au bord de l'eau dès qu'il y a un changement de température. Par exemple en Mars et Avril je sais qu'il peut y avoir des éclosions durant une courte plage horaire, pendant les heures les plus chaudes de la journée (11h à 15h) car les eaux sont froides et ce petit changement de température est propice aux éclosions.

A l'inverse durant l'été : l'eau est chaude et une pluie fine ou un orage va entrainer une chute des températures et donc de pression, ce qui est excellent pour la pêche en sèche.

Ainsi durant la saison, à chaque choc thermique vous pouvez être quasiment certain d'avoir des mouches sur l'eau.


Les facteurs influençant les éclosions : alternance de pluies et de soleil, pluie durant l'été, le soleil durant les journées froides ou à l'aube, et le coucher du soleil après une journée chaude (les fameux coups du soir)

Les facteurs défavorisant : les vents violents, des températures constantes, des températures extrêmes.


Au mois de Mars et avril c'est là que j'attrape mes plus grosses truites en sèche, comme je l'ai dit plus haut, les truites n'ont pas été sollicitées et il y de jolies éclosions principalement de 11h à 15h.


Truite de 60 cm prise le jour de l'ouverture sur une olive H16.

Temps : pluie après plusieurs jours de soleil


Quelles mouches choisir en fonction de la saison ?


Maintenant que nous avons vu un peu les règles qui peuvent entrainer une éclosion d'insectes, il faut savoir suivant les saisons nous ne retrouvons pas les mêmes insectes. Par exemple vous ne trouverez pas de March Brown en plein mois d'Août ou de mouche de mai au mois de mars (sauf conditions très particulières). Donc chaque famille d'insecte à une période d'éclosion qui lui est favorable. Je vais essayer de résumer de façon simple, les différentes imitations d'insectes que j'ai pu observer au bord de l'eau durant les différents mois de l'année.


Mars / Avril

Les deux mouches reines à avoir pendant cette période sont l'olive et la march brown, elles représentent des éclosions de Baetidae et Heptageniidae :

L'olive H16 et la March Brown H10 - H12 - H14

Truite de 64 cm le 3 avril cm sur une March Brown H10


Ma petite fétiche que je trouve aussi indispensable c'est la petite grise en H14 et H16. Elle représente différentes éphémères que l'on peut trouver durant cette période.

La grise H14 et H16

Truite de 55 cm prise avec la grise en mars

Je peux rajouter aussi un petit sedge noir cul vert (brachy) qui provoque des éclosions massives parfois au mois d'avril. Ces éclosions sont vraiment impressionnantes, cependant dans le Sud de la France je n'en ai jamais observé.

Pour ceux qui pêche en ruisseau ou petite rivière, vous pouvez aussi déjà pêcher avec des sedges type tavanas H12 ou H14 ou des parachutes type parachute halieutique (H14).


Sedge pardo avec cul vert H14 - H16 Sedge Tavanas


Mai / Juin :

Une des meilleures périodes pour prendre de jolies truites en sèche.

C'est à cette période que vous pouvez trouver la plus grande diversité d'insectes sur l'eau. Vous pouvez vraiment trouver de tout : des éphémères corps jaune et olives, des sedges, des mouches de mai, des ecdyos..

C'est là que rentre en jeu mes petites fétiches : la mouche d'Ornans. Il vous faut les deux couleurs corps olive et corps jaune. Elle représente pour moi l'une des indispensables à avoir. Vous pouvez utiliser aussi des olives corps jaune ou vert, la mouche d'Ornans et l'olive représentent les mêmes insectes (Baetidae).

Mouche d'Ornans

Truite 45 cm prise en mai sur une mouche d'Ornans.


La deuxième indispensable est l'ORL durant cette période, cette mouche représente un peu toutes les éphémères et de par sa flottaison basse et da mobilité sur l'eau, elle reste ma deuxième petite fétiche. A avoir absolument en taille H14 ou H16.


Truite prise le 03 juin sur une ORL H14


Pour les zones de courants ou pour le soir j'aime utiliser un parachute. Cette mouche imite les mêmes insectes que l'ORL mais avec une flottaison différentes, de quoi surprendre les truites.

Parachute Halieutique H14


La troisième indispensable est l'Ecdyo, cette grosse mouche au corps rouge foncé émerge souvent mi mai jusqu'à mi juin, elle ne laisse pas les truites indifférentes et permet de faire de jolis coups du soir :

Truite de 40 cm en coup du soir le 28 mai sur un Ecdyo H10


La quatrième indispensable est le sedge : il en existe différents types mais les 3 ci dessous fonctionnent très bien. Ils ont tous les trois une flottaison différente, ce qui permet de pallier à un peu toutes les situations


Le Sedge H14 - H16, Sedge FLC, Sedge Tavanas

Truite de 40 cm pris avec un Sedge


La cinquième indispensable est la mouche de mai, c'est de mi mai jusqu'à mi juin que l'on peut trouver les plus belles éclosions de mouches de mai. Cette grosse mouche est très réputée et c'est durant ces éclosions massives que de jolies truites passent à table.

Mouche de mai H10 corps détaché (disponible sur demande)

Et pour ceux qui en veulent toujours plus : la perle. Une énorme mouche qui peut parfois vous surprendre dans les courants début juin. C'est bien d'en avoir une ou deux dans sa boîte.


Imitation de perle H6

Truite prise début juin en coup du soir sur une ORL H14


Juillet/août

Les mois les plus compliquées pour la pêche en sèche car les conditions font que les poissons se nourrissent très tard le soir ou tôt le matin sauf s'il y a un changement brutal de température. Mais c'est durant cette période que les rivières ou lac de montagnes qui sont très froids peuvent être intéressants pour la pêche en sèche. Plus la saison avance et plus la taille des insectes diminue donc il va falloir ajuster sa technique avec de petites sèches : olive H18 jusqu'à H24, mouche d'Ornans H18 à H20, ORL H16 à H20, différents petits sedges pour le coup sur soir et des terrestres : fourmis, sauterelles et scarabée. C'est durant cette période que les terrestres prennent toute leur importance, les retombées de fourmis peuvent être importantes sur certaines rivières, ils vous en faut absolument dans votre boîte.

Une petite règle, plus on va être sur des poissons éduqués et tard dans la saison et plus il va falloir affiner les mouches : petites tailles, corps fins, peu fournies et flottaison basse.


Ornans, olive et ORL en taille H18 à H24

Truite prise sur une Olive

Terrestres : sauterelles H12 , fourmis H14 au H20 et scarabées H14

Petits sedges : H14 au H18


Pour ceux qui veulent aller plus loin, vous pouvez utiliser d'autres imitation notamment des Caenis h22 ou h24 quand les truites prennent de minuscules mouches, des moucherons ou de toutes petites émergentes de chironomes ou baetis en H20 - H22. Bien-sûr les soirs d'été il est important d'avoir de petits spents rouges ou marron dans sa boite.

Imitation d'une émergente h20 et d'un spent rouge


Doublé de truites de 40 et 45 cm le 22 juillet pendant une retombée de fourmis.


Septembre

Le mois de septembre est propice à la pêche en sèche tout autant que le printemps. Les températures baissent elles redeviennent optimales pour les éclosions d'insectes. J'aime les journées pluvieuses de septembre, j'ai déjà fait des pêches formidables en sèche.

Pour les mouches à avoir : olives, mouches d'Ornans, ORL et fourmis.


Mouches : Ornans, Olive, ORL et fourmis

Truite de 55 cm prise en septembre sous la pluie sur une Olive

Petit cadeau, je vous mets ici mon tableau récapitulatif de mes mouches en fonction des mois :


Le petit mot de la fin

Il existe bien-sûr d'autres modèles qui ne sont pas forcément exposés dans cet article. Cependant j'ai remarqué qu'à la pêche il vaut mieux avoir quelques modèles efficaces que l'on décline en plusieurs tailles et couleurs que plein de modèles différents et de s'y perdre.


Il est vrai que pour chaque rivière il va y avoir des mouches qui vont ressortir plus que d'autres, je pense particulièrement à la Sorgue où les mouches de mai et les olives corps jaune font des ravages ou le Doubs franco-suisse avec la mouche d'Ornans ou les ORL. Maintenant les amis, c'est à vous de jouer !


J'espère que vous avez apprécié ce petit article comme moi j'ai pris plaisir à le faire. Je suis sûr qu'il vous sera d'une grande aide si vous ne savez pas quelles mouches utiliser.


N'hésitez pas à me faire savoir si mes conseils vous ont été utiles et je vous souhaite une très belle année 2023 avec de nombreuses grosses truites en sèche. Pour tous ceux qui souhaitent des boites de sèches avec des modèles ne figurant pas sur mon site vous pouvez me demander, c'est avec grand plaisir que je vous confectionnerez ça !



Merci et à bientôt !


Tanguy










2 commentaires

Noté 0 étoile sur 5.
Pas encore de note

Ajouter une note
Farid Gourri
Farid Gourri
17 janv. 2023

Merci pour ce très bel article qui va sûrement m'aider à mieux aligner les facteurs de réussite lors de mes futures sorties. Je monte mes mouches depuis un an et j'espère faire d'aussi beaux poissons que toi avec mes propres montages.

Tous mes voeux pour 2023

J'aime

Jmpi Onli Fli
Jmpi Onli Fli
16 janv. 2023

Article complet, rien à dire.

Une petite observation et as-tu fais la même sur les rivières que tu pratiques?

Tôt dans la saison, sur le Tarn on est casi certain d'avoir des éclosions si la différence de température entre l'eau et l'air ambiant n'excède pas qq degrès (3-4)

J'aime
bottom of page